Arnaudville: Ville Exemplaire

— English Available Below —

MERCREDI 17 OCTOBRE — Arnaudville, Louisiane

Redonner au français toute sa vitalité, est un combat mené par beaucoup, qui se perpétue en Louisiane et ailleurs depuis plus d’une cinquantaine d’années. Grâce aux initiatives personnelles, aux très nombreux bénévoles, aux agences étatiques telles que le CODOFIL, aux nombreuses entreprises du secteur privé, aux organisateurs de festivals, aux accords de jumelage entre villes de Louisiane et communes internationales — et la liste est loin d’être complète - le Réveil Français est désormais devenu un sujet de conversation quotidien à Lafayette et dans ses environs, qu’on parle le français ou non.

A tel point que parler de ce Réveil est devenu un sujet de conversation ordinaire au sein des communautés francophones et créolophones de Louisiane, au même titre que de parler de la langue elle-même - une caractéristique parmi tant d’autres pour laquelle les francophones sont connus dans le monde entier.

C’est ainsi qu’aujourd’hui, il est pratiquement impossible de trouver un Louisianais francophone, qui ignore ce qui se passe à Arnaudville.

C’est avec espoir et grande certitude que Saint Luc va devenir un centre culturel et linguistique. Qu’il rejoigne la liste des programmes d’immersion française, qu’il se trouve surtout à  Arnaudville au service de la Louisiane, des Etats-Unis et bien au-delà. Bref, que ce soit un centre culturel en condition d’immersion.

Arnaudville, cette bourgade, est aussi l’endroit où vous trouverez de nombreux restaurants, boutiques, épiceries bilingues, sans oublier NUNU, le centre culturel ou bien encore le bureau de poste.

C’est ainsi, qu’après la rencontre avec Karlos Knott, président de la brasserie Bayou Teche, l’Alliance Française de Lafayette ne pouvait faire l’impasse sur cette commune des plus francophones de la paroisse de Saint Landry, et vérifier si ce qui se dit sur les voitures de police de la ville est vrai.

Après avoir garé la voiture et en être descendus, nous nous dirigeons vers l’entrée du poste de  police, pour demander à être pris en photo devant l’une de ces voitures, avec son responsable, chef Eddy LeCompte. Poliment, nous adressons un “Bonjour/Hi” , qui au sud de la Louisiane est une invitation à répondre en français, à l’officier de l’accueil, qui nous répond par un “Bonjour” avenant et chaleureux. #Victoire

Les présentations faites, nous sommes invités à découvrir l’envers du décor et à faire la connaissance du chef LeCompte.

Eddy, insiste-il, se tient derrière son bureau et vient tout naturellement à notre rencontre. De nouveau accueillis par un chaleureux sourire, un “Ca va bien?!” bien affirmé, et une joie non dissimulée de travailler avec les gens à qui il rend service, nous sortons prendre la photo puis savoir enfin comment le français a fait son apparition sur ces, désormais incontournables et historiques, voitures de police.

“Tu sais, je suis Français”, nous dit Eddy. “Je ne parle pas couramment, mais j’ai décidé de faire d’agir”.

Grâce au professeur Tessier, à son équipe et à la générosité de l’association France-Louisiane, Eddy nous raconte qu’il a pu se rendre, voici quelques dizaines d’années, à Paris avec sa femme, pour que sa fille puisse suivre un traitement médical assez lourd prodigué par ce dernier (premier voyage d’une série de seize au total) ; ce qui a permis à sa fille, nous dit-il, de commencer le travail, qu’elle poursuit professionnellement avec des enfants comme elle, à l’heure actuelle.

Faire sa part, pour Chef Eddy LeCompte, est sa manière de souligner les liens qui n’ont cessé, ne cessent et ne cesseront d’exister entre le monde francophone et le sud de la Louisiane.

Lorsque nous lui avons demandé le choix de “Prêt à protéger, fier de servir” sur les voitures de police, il nous a répondu: “C’est du français standard. On parle un peu différemment d’une ville à l’autre, mais on a choisi ces mots car peu importe d’où viennent les gens, peu importe depuis combien de temps ils sont là, tous savent ce que cela veut dire, que nous sommes là pour eux, vous voyez. Tous.”

///

WEDNESDAY, OCTOBER 17th — Arnaudville, Louisiana

The legacy of French revitalization has been carried by many from both within the state and beyond for more than 50 years. Thanks to private citizens, thousands of volunteers, state agencies like CODOFIL, hundreds of businesses in the private sector, festival organizers, accords and twin/sister-city pairings between Louisiana’s towns and cities with international delegations — naming just a few of course — le Réveil Français, or the French Awakening, has almost become a daily topic of conversation in Lafayette and surrounding areas, whether or not you speak French.

So much so, discussing le Réveil is as commonplace among Louisiana’s francophone and créolophone communities as discussing the French language itself — a trait among many for which francophones around the world are known.

Nowadays you might be hard-pressed to find a Louisianan, francophone or not, going unaware of what’s happening in Arnaudville.

There’s the prospect and likelihood of Saint-Luc being named as a facility for culture and language, becoming a facility among other things hosting a French Immersion program based in Arnaudville to serve Louisiana, the US, and beyond.

The small town is also where you’ll find a concentration of bilingual restaurants, boutiques, a community arts collective named NUNU, grocery stores and even a post office.

So, after our visit yesterday with Karlos Knott, President of Bayou Teche Brewing, AFL couldn’t miss the opportunity as we say in South Louisiana (SL) — to make a pass through this legendary town located in St. Landry Parish. We had to see these Arnaudville Police patrol cars firsthand.

Yes, we know. We’re next-level franco-nerd-extraordinaires, we know. We already know.

We park out back, get down (SL from the French verb descendre) and proceed to the door to ask for a photo with Chief of Police, Eddy LeCompte, in front of one the department’s patrol cars. We enter, greet the officer behind the glass with a BonjourHi, a term among francophones in South Louisiana used to invite a response in French, to which we got a warm, inviting Bonjour. #Victoire #Win

Stating our case, we’re invited to come behind the scenes to meet with Chief LeCompte.

Eddy he asserts, stands up from behind his desk and meets us halfway across the room of desks and telephones. Greeted yet again with a warm smile, a confident Ça va bien?!, and an unmistakable joy for working with the people whom he serves, we all go outside for the photo and learn of how French came to appear on these now iconic, history-making patrol cars.

“Tu sais, I’m French” Eddy says. “I don’t speak it fluently but I decided to do my part.”

Inspired by the late Dr. Tessier, his team, and the generosity of the France-Louisiane Association, Eddy says he was able to fly to Paris several decades ago with his wife for his daughter to undergo a critical treatment performed by Dr. Tessier, one in a series of 16 all in all, which Eddy says has allowed his daughter to begin the work she now continues professionally with children just like her.

For Chief Eddy LeCompte, doing his part is his way of recognizing the ongoing ties South Louisiana has to the Francophone world — past, present, and future.

When asked about the word choice on the cars, Prêt à protéger, fier de servir, he says,

“This is standard French. We speak a little differently, town to town, but this was chosen because regardless of where you’re from and how long you’re here, everyone knows the meaning and feels our intentions, you know. Everyone.”

We took our photo (below), shook hands once more, and returned inside to see the Chief’s office. There, we caught a view of the Chief’s wall, decorated with so many who came before us to make a pass at Arnaudville’s police station.

On our way out, we heard a nonchalant Bonne soirée! from our friend behind the window.

Oui, madame, a bonne soirée indeed.

The Alliance Française de Lafayette salutes Chief Eddy LeCompte, the men and women of the Arnaudville Police Department, the citizens of Arnaudville and its entrepreneurs. We send our sincerest gratitude for the warm welcome reception we received during our visit. Your actions are an example to us all and inspire us to do our part in every way we can.

Merci à vous tous.

 Ethan JORDAN et Brian CLARY de l’Alliance Française de Lafayette devant la voiture de patrouille conçu par le préfet de police d’Arnaudville, Chief Eddy LeCompte.  Alliance Française de Lafayette’s Ethan Jordan and Brian Clary in front of the patrol car designed by Arnaudville’s Chief of Police, Eddy LeCompte.

Ethan JORDAN et Brian CLARY de l’Alliance Française de Lafayette devant la voiture de patrouille conçu par le préfet de police d’Arnaudville, Chief Eddy LeCompte.

Alliance Française de Lafayette’s Ethan Jordan and Brian Clary in front of the patrol car designed by Arnaudville’s Chief of Police, Eddy LeCompte.